Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ludessonnes 2009 : les affiches

Publié le


Cette année les Ludessonnes bénéficient d'une communication visuelle à tiroirs, inspirée des arts graphiques des rues béjofardes et du syndrome "la semaine prochaine j'enlève le haut".

Voici le cheminement des personnages vers leur affiche finale.


Chapitre 1 : la sorcière




Chapitre 2 : la danseuse




Chapitre 3 : le violoniste




Chapitre 4 : le bourgeois




Chapitre final : La cour des miracles




Si vous appréciez ces affiches, vous pourrez rencontrer l'illustrateur à Palaiseau lors des Ludessonnes.




Voir les commentaires

Bientôt la rentrée...

Publié le

Voir les commentaires

la 4ème Saturday Game Fever

Publié le






On vous invite à la 4ème Saturday Game Fever
la grande journée du jeu organisée chaque année par L'idée du Jeu
en partenariat avec les studios DLF
et la ville de
Draveil



   Des renseignements ?
   Appelez DLF au 01 69 83 03 90
   ou env
oyez un courriel ici



Voir les commentaires

Igloo Pop

Publié le par JL

 


Bonjour. Je suis l’igloo n°7.

J’habite IGLOO POP, une jolie boîte de jeu avec un esquimau estourbi dessiné dessus.

 


Je n’ai pas toujours été le n°7. Avant, j’étais un igloo anonyme parmi douze copains anonymes comme moi, nous attendions l’ouverture de la boîte pour avoir une identité. Parce que pour nous utiliser la première fois, il faut nous apprêter. Chacun reçoit un petit autocollant numéroté entre 2 et 13, qui correspond au nombre de petites billes translucides dont on nous emplit. Ensuite, notre porte est refermée, close à jamais, sur notre petit trésor personnel.


Moi, je contiens 7 billes. C’est pour ça que je suis le n°7. Mais attention, lorsque je suis installé avec mes copains igloos, en village, au centre de la banquise, impossible de savoir qui je suis vu que mon numéro est collé sous mon ventre. C’est pour ça que les joueurs nous secouent, pour tenter de deviner combien de billes chacun de nous renferme !

Oh je vous l’accorde, ce n’est pas la partie la plus agréable de mon existence d’igloo n°7. Tous ces gestes, ces roulis, ces doigts qui vous manipulent de façon plus ou moins délicate, j’ai parfois l’impression que je vais relâcher la marchandise. Mais ma porte toujours tient bon. Jamais je n’ai perdu une seule de mes perles. Et l’on peut me remuer à loisirs, me soupeser, m’estimer, m’évaluer, pour finir par lancer un pari sur la valeur de mon trésor.

Je crois qu’ainsi ils gagnent des points.

 

Moi aussi j’aimerais gagner quelques points et monter un peu dans la hiérarchie de la banquise. Hier, j’étais installé près du n°13. Croyez-moi, il a de l’allure. Je n’ai pas eu besoin de le secouer pour deviner sa contenance.

Mais je sais bien que n°7 ce n’est pas ma vraie valeur. J’ai plus de capacités.

Déjà, je parle !

 

 

IGLOO POP

De Klaus Zoch et Heinz Meister

Éditions Zoch Spiele / Gigamic

Pour 2 à 6 joueurs à partir de 7 ans

Voir les commentaires

L'idéal nouveau est arrivé

Publié le




Au sommaire de ce numéro :

- Un édito politique

où on ne parle pas de jeu, mais on s'en fout

- Un compte-rendu

"De la coopération dans les jeux aux jeux coopératifs"

Une conférence de Michel Van Langendonckt

- Une chronique

La belle humeur de Sylvaine Lacoze : « la coopérative des jeux »

- Une critique

Abenteuer Menschheit de Klaus Teuber

- Illudik

Le Jeu, définitions et considérations choisies. Une promenade chez les auteurs qui ont pensé le jeu.

 

 

Comme toujours vous pouvez télécharger L' idéal n° 7 ainsi que tous les anciens numéros ici

 


Voir les commentaires

La bibliothèque de L'idée du Jeu

Publié le


Les publications imprimées et reliées dans votre boite aux lettres parce que ça se feuillette, et c’est plus pratique pour lire dans le bus, ou le soir au lit, que ça va bien dans le porte-revues des toilettes, et puis à nos âges, lire sur l’écran… Ça tombe bien, elles sont aussi sur papier.






L'horreur ludique
les souvenirs excessifs de Sylvaine Lacoze

de Jean-Louis Sbardella
une publication l'idj / le gibbon qui smurfe - 2009

Livret A5 agrafé 52 pages
Prix : 5 + 1,50 de frais de port

Lassée par les comportements monomaniaques des joueurs de son entourage, Sylvaine décide d'entrer dans la danse en mettant les geeks face à leur enfermement.
Sur un ton ironique et grinçant, "L'horreur ludique" propose une réflexion sur le jeu de société moderne à travers le regard énervé d'une très très très mauvaise joueuse.

Ils en parlent :
- "Le jeu, les jeux, les joueurs...qu'en est-il vraiment de l'activité ludique, ses tenants, ses aboutissants, et en fin de compte l'intérêt d'une telle activité? Doit-on la cautionner, la promouvoir ou ne serait-ce que s'y intéresser?
Dans "L'horreur ludique", le regard acerbe et le discours caustique de Sylvaine Lacoze nous interpelle sur l'essence du jeu, ses qualités comme ses travers. Une réflexion utile, une lecture jubilatoire, un livre à lire absolument." (Jean-Marc Pauty - ludocrate)
- "C'est pas parce que c'est ma soeur, mais Sylvaine est une garce !" (Clovis Lacoze)
- "De deux choses l'une : ou Sylvaine Lacoze est une conne, ce qui m'étonnerait quand même un peu, ou Sylvaine Lacoze n'est pas une conne, ce qui m'étonnerait quand même beaucoup !" (Pierre Desprogius - outre écriveur)
- "C'est pas avec ça qu'on va ramasser des pièces jaunes !" (David Douillet - Justicier le dimanche)
- "J'ai tout lu le livre de madame Lacoze, c'est mieux que le pot belge ce truc !" (Richard Virenque - Héros malgré lui)
- "C'est après une partie de Monopoly avec cette mécréante que j'ai eu envie d'envahir l'Irak" (Georges Deubeuliou, pantin christique)
- "Sylvaine quoi ?" (Benoît 16 - pape immobile)
- "Lacoze, crétin" (Sylvaine L.)






L’intégrale idéale

Intégrale de L’idéal numéros 1 à 6

Les 6 premiers numéros réunis en un volume

Publication A4 couleur reliée 75 pages

Prix : 8 € + 2 € de frais de port



Pour commander par courrier postal :

Chèque à l’ordre de « l’idée du jeu »

Association l’idée du jeu

6, rue Édouard Branly 91800 Brunoy




Voir les commentaires

La colère des tables en bois

Publié le



une chronique décalée pour dire qu'on en a marre de la danse des oeufs !




Je me présente. Je m’appelle Pierre-Jean BOIMASSIF.


Je représente le STBRG, le Syndicat des Tables en Bois et des Ronds Guéridons.


Je suis ici parce que les tables sont en colère ! Nous en avons assez d’être chahutées par de fallacieux humains ( souvent des enfants, une chance !) sous prétexte qu’ils jouent à la Danse des Œufs !


Jusqu’ici, nous participions bon gré mal gré aux hilarants loisirs ludiques de nos voisins les hommes. Il y avait bien parfois une partie de bouchons ou un « paquet de M… » pour nous frictionner la veinure, mais nous le supportions de bonne grâce. Après tout, il est louable de faire un effort pour la bonne intelligence de nos cohabitations.


Mais là, ce n’est plus possible ! Depuis qu’ils ont découvert ce jeu, c’est danse des œufs à tous les étages et parfois une petite pour la digestion avant d’aller se coucher. Vous parlez d’un temps calme !


J’ai ici une note interne extrêmement importante, qui décrit par le menu les sévices que nous subissons au quotidien lors de ces parties fines. Vous allez voir, c’est gratiné.


" Note de constations N° 223/08

" Portant sur des sévices répétés avec circonstance agravante de barbarie ludique

" à l'encontre de la communauté des tables en bois et des ronds guéridons


« Tout d’abord on nous assène des coups répétés à l’aide de deux gros dés en bois portant des inscriptions souvent en forme de poule. Nous avons reçu en visite officielle la coordination des basses-cour de France, avec qui nous réfléchissons sur les actions à mener pour faire cesser ce jeu stupide.

« Parfois on nous lance de gros œufs en caoutchouc sur le dos. 

« Pas que cela soit le plus douloureux, mais c’est qu’un œuf en caoutchouc ça rebondit n’importe où, et lorsque les joueurs se jettent tous à sa poursuite pour l’attraper, c’est toujours la table qui se fait bousculer ! »

« Parfois les joueurs se mettent à hurler en langage poule des choses aiguës et incompréhensibles ! ».


Mais le pire, c’est lorsqu’ils se mettent tous à nous courir autour de façon grotesque et outrancière, avec qui un œuf coincé derrière le genou, qui un sous le menton, qui un blotti sous chaque aisselle. Et là on nous pousse, on nous tombe dessus, on nous spolie !!


Nous ne sommes pas des culbutos ! Nous sommes des tables libres !!


Nous revendiquons  notre droit à la stabilité !

 

Merci.


La Danse des Oeufs

un jeu de Roberto Fraga

édité par Haba en 2003


Voir les commentaires

Quelques définitions du Jeu

Publié le par Jean-Louis S




"Celui qui entreprend de parler du jeu en général est comparable à quelqu'un qui voudrait parler des étoiles et traiterait non seulement des astres lointains en même temps que les étoiles filantes, mais aussi des étoiles de mer, de certaines décorations, de la place de l'étoile et des vedettes de la scène ou de l'écran"
"les jeux de l'esprit" de J.O. Granjouan



Wikipedia (1)
Le trait le plus évident du jeu n'est autre que sa différence avec la réalité. Jouer, c'est jouer à être quelqu'un d'autre, ou bien c'est substituer à l'ordre confus de la réalité des règles précises et arbitraires, qu'il faut pourtant respecter scrupuleusement. Il faut entrer dans le jeu, il ne supporte pas le scepticisme notait Paul Valéry. Cependant, le jeu n'est plaisant que dans la mesure où cette entrée dans le jeu, en latin in–lusio, c'est-à-dire illusion, est librement consentie. Le jeu est l'occasion d'émotions puissantes, liées à ses aléas, au désir de gagner, au poids des enjeux. Pourtant, le jeu est, en première analyse du moins, "innocent", en ce sens que vaincre au jeu, ce n'est pas humilier l'adversaire. Prendre sa revanche est en droit toujours possible. « Toute nouvelle partie apparaît comme un commencement absolu », souligne Roger Caillois. Le jeu « est condamné à ne rien fonder ni produire, car il est dans son essence d'annuler ses résultats ».
 
Karl Groos
« La jeunesse, qui n'existe que chez les espèces élevées, a pour but de procurer à l'animal le temps nécessaire pour s'adapter à ses devoirs très compliqués et qui ne sauraient être accomplis par l'instinct seul. » On peut en effet observer que les jeux des jeunes animaux consistent le plus souvent à exercer une activité motrice ou mimer les adultes : chasses, comportements sociaux... 
 
Johan Huizinga
« Le jeu est une action ou une activité volontaire, accomplie dans certaines limites fixées de temps et de lieu, suivant une règle librement consentie mais complètement impérieuse, pourvue d'une fin en soi, accompagnée d'un sentiment de tension et de joie, et d'une conscience d'être autrement que la vie courante.»
 
Roger Caillois
Le jeu est une activité :
libre : à laquelle ne saurait être obligé sans que le jeu perde aussitôt sa nature de divertissement attirant et joyeux
séparée : circonscrite dans des limites d'espace et de temps précises et fixées à l'avance;
incertaine: dont le déroulement ne saurait être déterminé ni le résultat acquis préalablement, une certaine latitude dans la nécessité d'inventer étant obligatoirement à une situation identique à celle du début de la partie;
improductive: ne créant ni biens, ni richesse, ni élément nouveau d'aucune sorte; et sauf déplacement de propriété au sein du cercle des joueurs, aboutissant à une situation identique à celle du début de la partie;
réglée : soumise à des conventions qui suspendent les lois ordinaires et qui instaurent momentanément une législation nouvelle, qui seule compte;
fictive: accompagnée d'une conscience spécifique de réalité seconde ou de franche irréalité par rapport à la vie courante.
 
Jacques Henriot
"On appelle jeu tout procès métaphorique résultant de la décision prise et maintenue de mettre en oeuvre un ensemble plus ou moins coordonné de schèmes consciemment perçus comme aléatoires pour la réalisation d'un thème délibérément posé comme arbitraire."
 
Colas Duflo
"C’est l’invention d’une liberté dans et par une légalité"
=> Le jeu institue un espace de liberté au sein d'une légalité particulière définie par la règle du jeu
 
Gilles  Brougère (2) (3)
Propose cinq critères permettant d’analyser si une situation est propice à une attitude ludique :
• Le second degré
• La décision
• La règle
• L’incertitude
• La frivolité
 
Notes :
Le second degré :
C’est cette capacité de sortir du quotidien pour entrer consciemment dans un imaginaire, un faire semblant.
La fiction « réelle », faire semblant part toujours de la réalité. Le joueur s’y investit avec autant de sérieux que dans la réalité.
 
La décision :
Cela implique la prise de décision de jouer le jeu. D’autre part, le critère de décision implique que le jeu en lui-même donne au joueur la possibilité de prendre ses propres décisions.
L’adhésion, il n’y a jeu que si le joueur le décide
 
La règle :
Pour pouvoir jouer au même jeu, il faut que tous les joueurs acceptent les règles de celui-ci.
La règle est indispensable pour la structuration du jeu
 
L’incertitude :
Pour que la situation soit ludique, il faut que la finalité soit incertaine. Un casse-tête dont on connaît la solution n’est plus ludique. Comme le dit Henriot « Tout jeu est un système aléatoire dans lequel le sujet s’engage en connaissance de cause, mais non d’effet. »
L’incertitude est le moteur du jeu. Le jeu n’est jamais deux fois le même. On ne sait jamais à l’avance comment il va se dérouler et finir
 
La frivolité :
Les décisions prisent dans le jeu n’ont pas de conséquence hors du jeu. Le jeu est frivole car on ne le fait que pour ce qu’il est.
Il n’y a aucune conséquence sur la réalité, le jeu invite à de nouvelles expériences dont il n’est pas nécessaire de mesurer les risques avant de l’accepter. On est force de proposition, plus créatif. On peut se surpasser.


 
Quelques considérations générales (4)
 
     # L’activité de jeu est commune à tous les humains, quel que soit leur âge, et aux animaux, tout du moins aux "mammifères supérieures". 
     # Une certaine liberté est inhérente à l’activité ludique : le jeu ne peut être contraint, sous peine de perdre son caractère de jeu. C’est sur ce point qu’il diffère des conduites soumises aux contraintes de la réalité, immédiate ou distanciée. 
    # N’importe quelle activité peut donner lieu à des jeux, qu’elle relève des domaines psychomoteurs, cognitif, sociaux, qu’elle s’exerce de façon solitaire ou à plusieurs, qu’elle utilise ou non des objets d’usage courant ou spécifiquement destinés à l’usage de jouets. Les mêmes activités peuvent aussi ne pas accéder au statut de jeu, si le sujet ne les accepte pas comme telles.
     # Le jeu porte en lui-même sa finalité, c'est-à-dire qu’il ne saurait être soumis à des fins utilitaires qui lui soient extérieures. C’est en cela qu’il se différencie du travail, rétribué ou non.
     # Le plaisir du joueur est un facteur inhérent au jeu.
     # Le jeu est toujours envisagé à travers son rapport à la réalité
 
 
 
Citations
«   #  Le jeu c’est le travail de l’enfant, c’est son métier, c’est sa vie »
(Pauline Kergomard)
«   #  Le jeu devrait être considéré comme l’activité la plus sérieuse des enfants. »
(Montaigne)
«   #  L’homme qui ne joue pas a perdu pour toujours l’enfant qui était en lui. »
(Pablo Neruda)
«   #  ... cette époque où l’enfant, jouant avec tant d’ardeur et de confiance, se développe dans le jeu, n’est-elle pas la plus belle manifestation de sa vie ? Elle est la manifestation vraie de ses aptitudes pour la vie. On ne doit pas regarder le jeu comme une chose frivole, mais comme une chose d’une profonde signification... Dans ces jeux, choisis spontanément par l’enfant qui s’y livre avec tant d’ardeur, son avenir se révèle aux yeux des éducateurs attentifs et intelligents... » (Friedrich Fröbel)
«   #  On peut en savoir plus sur quelqu’un en une heure de jeu qu’en une année de conversation » (Platon)
«   #  L’homme ne joue que là ou, dans la pleine acceptation du mot, il est homme, et il n’est tout à fait homme que là ou il joue » (Friedrich von Schiller)
«   #  L'opposé du jeu n'est pas le sérieux mais la réalité » (Sigmund Freud)
 «  #  La maturité de l’homme, c’est d’avoir retrouvé le sérieux qu’on avait au jeu quand on était enfant. » (Friedrich Nietzsche)
«   #  Le jeu, c’est tout ce qu’on fait sans y être obligé. » (Mark Twain)
«   #  C’est le vrai droit du jeu de tromper le trompeur » (Charles Perrault)
 
 
 
        Certaines références :
         (1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Jeu

     (2) http://www.cicurel.fr/david/dossier_recherche_jeuxderoleparforum.pdf
 
     (3) http://www.paris.iufm.fr/article.php3?id_article=1160
(   (4)
http://www.passerelles-eje.info/dossiers/dossier_194_la+fonction+jeu+symbolique.html

       crédits photos : finalistes du concours "jugamos todos"
 
 
 


Voir les commentaires

C'est l'automne, c'est Ludessonnes

Publié le par Jean Louis S.

Octobre est à nos portes ! Déjà la douceur estivale fait place aux frimas automnaux ; les feuilles d’appel se ramassent à la porte, pendant que les feuilles mortes volettent nonchalamment dans l’air sec de nos cours et de nos jardins. Aucun doute : la rentrée est consumée et les tongs remisées jusqu’au printemps prochain.

Mais l’automne n’est pas uniquement la saison de l’assèchement chlorophyllien et des forêts en charentaises fauves, oh non ! L’automne, c’est également la saison des Ludessonnes, notre bonne convention plurijeux et multijoueurs organisée chaque année par le Collectif pour le Jeu en Essonne. Et pour cette 4ème édition, nous avons vu les choses en grand : plus de jeux, plus d’espaces, plus d’animations, plus de plaisir pour tous les types de joueurs.

Toutes les infos, c'est  par là.

Ce qui est sûr, c'est que pour 10€ vous avez un week-end avec repas et hébergement compris, avec tout ce qui se fait de castor dans le monde du jeu, du geek, de la cuisse, et du pion mordoré !

Voir les commentaires

Bienvenue en Illudie

Publié le par Jean Louis S.

 

Il y avait un endroit, un havre, où ils se rencontraient chaque fois qu’ils se mettaient à jouer.


Assis le plus souvent, autour d’une table, ou confortablement installés dans un fauteuil de classe, parfois grimés à la manière de combattants d’une autre époque, ils inventaient un monde pour s’y retrouver. Ils créaient un pays en perpétuel mouvement, une terre protoforme où chaque élément a une place essentielle, où l’imaginaire est la seule science exacte, où les histoires que l’on raconte ont valeur de mythe.

Lorsqu’ils se rendaient là-bas, ils abandonnaient leur carapace sur le seuil de la porte. Ils ne se jaugeaient plus comme des associés pour la vie, mais étaient des compagnons d’aventure, d’une aventure, légère et sans conséquences.

Ils ne se jugeaient plus. Ils pouvaient parler ou se taire, être fous ou géniaux, être à loisirs des enfants, des hommes, des extraterrestres, sans que personne ne s’inquiétât de leur santé mentale.

Ils pouvaient communiquer de toutes les manières possibles et impossibles.

Ils pouvaient mourir et régénérer mille fois, chevaucher des dragons, dresser des walkyries, et vendre la peau des ours avant même qu’ils ne fussent inventés.


Par leur simple pouvoir de suggestion, ils invitèrent leurs parents et amis à visiter ce monde. Ils y chantèrent ensemble, ils y rirent, ils y échangèrent intensément. Jamais auparavant ils n’avaient osé, ou simplement pensé communiquer de la sorte. Ils seraient passés les uns près des autres, sans se voir ! Chacun se prit au jeu, ensemble ils construisirent un élan, un quartier de la ville, un bout de ce pays.

Ils se dirent qu’ils n’inventaient pas un monde mais que chaque individu en détenait une partie, et qu’il suffit de se rencontrer pour qu’aussitôt il s’anime. Mais il existait bien. Et eux, ils étaient des explorateurs. Les découvreurs de ces contrées sauvages, de ces espaces naturels inexplorés.

Ils le nommèrent « ILLUDIE », et s’y donnèrent rendez-vous à chaque occasion, avec de nouveaux compagnons.

Illudie est le pays où nous nous retrouvons lorsque nous jouons ensemble. Une fantasia consciente et volontaire, une contrée éphémère et fantasmatique où la communication est au-delà des mots, où les règles sont différentes et consenties.

Illudie est un territoire conscient qui nous expose et nous protège. Et nous y sommes en paix car nous nous y rendons tous pour vivre avec fantaisie.

 

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 > >>