Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

collectif pour le jeu en essonne

Manifeste pour un val d'Yerres ludique

Publié le par Juan

Manifeste pour un val d'Yerres ludique

Depuis toujours, l'homme se construit en jouant.

Chaque société et chaque individu entretient avec le jeu une relation particulière. Il est constitutif de notre culture car tous nous l'avons éprouvé et il nous a servi. Le jeu nous permet d'explorer l'ensemble de nos compétences et d'inventer une relation sociale sans cesse renouvelée.

Dans cette société où nous nous enfermons de plus en plus dans des préoccupations individuelles et des activités technocentrées, nous avons plus que jamais besoin de ces moments partagés juste pour le plaisir. Nous avons besoin de mettre du jeu dans la cité, afin de nous réapproprier l'espace social et le bien vivre ensemble. Car le jeu est essentiel au développement harmonieux des individus. Il nous remet au centre de nos activités en nous permettant de vivre l'instant présent, une activité partagée sans autre finalité que le plaisir qu'elle procure.

Le territoire du Val d'Yerres n'a pas une grande culture ludique. Une unique ludothèque associative est implantée à Yerres ("l'île aux trésors") dans les locaux de la médiathèque et fonctionne grâce à ses bénévoles. Pourtant elle touche toujours plus de familles. Pourtant nous jouons ici comme ailleurs, nous jouons et le jeu est toujours plus présent dans nos espaces sociaux, dans nos bibliothèques, dans nos espaces intimes...

Le val d'Yerres ludique s'anime. Un tissu associatif de joueurs et de joueuses adultes se constitue et organise des moments de jeu dans les salles municipales ou dans les bars. Ce mouvement va se développer.

Mettre du jeu dans l'espace public, former des professionnels et développer l'utilisation du jeu dans les centres sociaux, dans les écoles, dans les fêtes populaires, est un acte politique.

Une Maison des Jeux ou une ludothèque publique est une chance pour le projet social d'un territoire. Ces structures doivent être soutenue et encouragée par les politiques publiques comme un véritable service public à destination du plus grand nombre, quelles que soient nos origines ou nos catégories socioprofessionnelles.

Nous, joueurs, acteurs associatifs, communauté d'individus qui nous retrouvons régulièrement pour jouer et partager le jeu, développons à notre mesure la culture ludique sur le territoire du val d'Yerres. Il est temps que nos élus comprennent l'intérêt qu'ils ont à en faire autant, à considérer le jeu comme un outil pertinent de l'intervention sociale/éducative/culturelle et à encourager les actions visant à proposer du jeu aux populations.

J'appelle les maires du val d'Yerres, les conseillers municipaux, les directeurs de services, j'appelle le président et les vice-présidents de notre toute nouvelle communauté d'agglomération, à favoriser la création de ludothèques dans les quartiers et d'une Maison des Jeux du val d'Yerres, structure centrale et centre de ressources pour le développement d'un territoire ludique du val d'Yerres.

Dans cette société de l'avoir construite sur la consommation et la possession, le jeu, pour un temps donné, nous permet d'être.

Le Réseau Ludique du Val d'Yerres

Manifeste pour un val d'Yerres ludique

Voir les commentaires

Les Ludessonnes 2009

Publié le par Jean Louis S.

Quand la magie du jeu rencontre la folie des joueurs

 

 

 

Cette fois ils ont fait très fort !

 

Le Collectif pour le Jeu en Essonne compte décidément parmi ses membres une bonne quantité de fêlés qui s’y entendent pour transformer une convention de joueurs en grande fête de l’imaginaire ludique. Pour ça ils ont même trouvé un nom : Animation Spectacle Interactive.

C’est bien cette direction que l’on suivait depuis 5 ans que les Ludessonnes existent. Les éléments se sont assemblés à mesure des éditions, et nous y voguons avec délectation car ils construisent l’identité de notre manifestation.

 

D’abord l’aménagement, le confort de jouer, des espaces différents adaptés aux jeux proposés, les tables et les coussins.

Puis la convivialité, le repas chaud servi le soir et le brunch du dimanche midi.

Puis la thématisation, les organisateurs costumés, une décoration et des histoires à jouer et à se raconter avec les autres pirates autour d’un godet d’hypocras.

Et puis pour cette édition 2009 l’ensemble de tous ces ingrédients soudain mis en mouvement qui agrègent leurs vibrations respectives pour atteindre cet instant magique où prend la sauce… ludique bien sûr, et légèrement pimentée, épicée au goût de chacun.

 

Les Ludessonnes associent le jeu de rôle et les jeux en boîte. Les participants ont le loisir d’aller vers le jeu de leur choix. C’est ça, « épicé au goût de chacun ». La Murder du soir reprenant et sublimant le thème central de la cour des miracles et du cabaret Izgane, apparaît alors comme un point culminant de la manifestation. L’idée est donc de commencer dès l’après-midi et de la faire dans la grande salle principale, au milieu de tous, y transposant un univers et ses personnages magnifiques et inquiétants : l’homme rat, le S'ha, un lot d’aventuriers, quelques bonimenteurs, et bien sûr le roi des mendiants entouré de sa garde et de sa cour, venu à sa table partager le goulasch avec le peuple des joueurs.

Chacun a pu rencontrer de singuliers lieutenants, les participants inscrits à la Murder, qui tentaient de recruter parmi le peuple des petites mains ou des artisans pour monter ensemble quelques « coups » durant le tournoi de la main. Libre à chacun d’y participer, de la manière dont il l’entend. Épicé au goût de chacun je vous dis !

 

Les joueurs de plateaux, ceux qui se tiennent assis à une table pour pousser du pion ou distribuer de la carte, se retrouvent immergés dans cet univers où s’insère leur loisir. Car ils ne prennent pas place sur de bêtes chaises de cantine installées autour de banales tables de collectivité, mais dans la salle de la taverne de l’embrouille à choisir un jeu dans un menu ludique que leur présente un aubergiste Izgane maître du boniment et de la mise en jeu. Ils s’y retrouvent comme en vacances, car ici le temps est différent. Il est une réalité parallèle, une planète mystique et éphémère.

 

Soudain la fée Diane apparaît avec son violon et l’ambiance se fait encore un peu plus chaude, se prolonge en légèreté dans le monde de nos rêves conscients.

Si le jeu est des histoires à vivre, chacun a leur loisir d’y être le narrateur et l’aventurier.

 

Évidemment je suis partial. Je suis membre de l’organisation. J’ai donc vécu les choses très en amont, et très à l’intérieur. Et je me suis rendu compte du travail que cela a demandé.

Mais je les ai vus les sourires, les électricités. Je me suis laissé emporter par une histoire qui m’échappait sitôt que je l’envisageais. Je me suis fait surprendre.

A l’intérieur de ce monde chacun de nous était un élément, individu rêvé parmi d’autres individus rêvés, recomposant une civilisation particulière, la société des joueurs.


Le roi, sa garde, et un vieux bavard boiteux





Pour voir l'ensemble des photos, c'est ici que ça se passe.

 

 

Voir les commentaires

La taverne de l'embrouille

Publié le



C’est en 1503 que Placide Estrozzi, gentilhomme vénitien lassé des petites intrigues de cour fomentées par les jeunes barons et les apprentis vieillissant vivant accrochés à l’entourage de l’illustrissime Leonardo, quitte Gênes la flamboyante sur le dos de son mulet, Hector, pour un voyage initiatique de 112 semaines qui s’achèvera à la frontière de l’Isle de France.

Là, sur la rive d’une rivière paisible bordée d’ombrageux châtaigniers, il installe une auberge où chaque soir il envoûte les clients avec l’incroyable histoire de ses aventures vécues ou inventées, enrobées du parfum épicé d’un hypocras de son cru.


Formidable narrateur autant que fin commerçant, Il captait l’attention de ses auditeurs, ainsi que les pièces de cuivre ou de bronze qui finissent toujours par encombrer la bourse du voyageur.
La renommée de l’auberge de Placide Estrozzi fut telle qu’elle devint le lieu de rendez-vous des plus grands bonimenteurs d’Essonne et de Navarre. Tous s’y retrouvaient pour s’affronter en d’épiques joutes verbales qui valurent au lieu le nom de « Taverne de l’Embrouille ».


A l'occasion de sa 4ème participation aux Ludessonnes, l'idée du jeu fait revivre la taverne de l'embrouille pour une durée de 30 heures. Et pour l'occasion, nous avons concocté le menu suivant :

 

Les chiffres n'indiquent pas les prix, mais le nombre de points à gagner lorsque l'on commande l'un de ces jeux pour en faire une partie.

Ces points gagnés se cumulent lors du grand tournoi, pour l'attribution du titre de Maîstre Bonimenteur et d'une table réservée à vie à la taverne.

 


Voir les commentaires

Ludessonnes 2009 : les affiches

Publié le


Cette année les Ludessonnes bénéficient d'une communication visuelle à tiroirs, inspirée des arts graphiques des rues béjofardes et du syndrome "la semaine prochaine j'enlève le haut".

Voici le cheminement des personnages vers leur affiche finale.


Chapitre 1 : la sorcière




Chapitre 2 : la danseuse




Chapitre 3 : le violoniste




Chapitre 4 : le bourgeois




Chapitre final : La cour des miracles




Si vous appréciez ces affiches, vous pourrez rencontrer l'illustrateur à Palaiseau lors des Ludessonnes.




Voir les commentaires

Bientôt la rentrée...

Publié le

Voir les commentaires

C'est l'automne, c'est Ludessonnes

Publié le par Jean Louis S.

Octobre est à nos portes ! Déjà la douceur estivale fait place aux frimas automnaux ; les feuilles d’appel se ramassent à la porte, pendant que les feuilles mortes volettent nonchalamment dans l’air sec de nos cours et de nos jardins. Aucun doute : la rentrée est consumée et les tongs remisées jusqu’au printemps prochain.

Mais l’automne n’est pas uniquement la saison de l’assèchement chlorophyllien et des forêts en charentaises fauves, oh non ! L’automne, c’est également la saison des Ludessonnes, notre bonne convention plurijeux et multijoueurs organisée chaque année par le Collectif pour le Jeu en Essonne. Et pour cette 4ème édition, nous avons vu les choses en grand : plus de jeux, plus d’espaces, plus d’animations, plus de plaisir pour tous les types de joueurs.

Toutes les infos, c'est  par là.

Ce qui est sûr, c'est que pour 10€ vous avez un week-end avec repas et hébergement compris, avec tout ce qui se fait de castor dans le monde du jeu, du geek, de la cuisse, et du pion mordoré !

Voir les commentaires

Le CJE fait son AG

Publié le





La Barakt
1 rue Emile Fontaine
91160 SAULX-LES-CHARTREUX
à partir de 20h.


Voir les commentaires

Naissance d'un réseau

Publié le


NvLogoLudessonnes.gif
Le C.J.E est le Collectif pour le Jeu en Essonne.

 Ce Collectif dont l’idée du Jeu fait partie, regroupe des ludothèques et des clubs de jeu, mais aussi et surtout des passionnés qui veulent développer la culture ludique dans ce pays.




L’article 2 des statuts du C.J.E dit :

 « Cette association a pour but :

- L'organisation d'une dynamique fédérative dans le domaine du jeu

- La constitution d'un réseau en Essonne

 -La représentation auprès des différents acteurs et partenaires institutionnels concernés par ce secteur

 -Le soutien d'initiatives visant à développer le conseil, la promotion, la formation, la pratique de l'activité ludique sous toutes ses formes

La création ludique sous toutes ses formes

- L'organisation d'évènements ludiques »

 

 Beau programme, surtout si les actions suivent et que cela ne reste pas qu’une belle prose sur un beau papier.

En termes d’actions, le CJE présente la fougue de la jeunesse. Les réunions sont animées, les idées fusent, et l’imaginaire y trouve son meilleur terrain. Chacun y tient son rôle : le fou, le modéré, le pragmatique, le motivé, le calme, le sage, l’arbitre, le bavard, le spécialiste, le présent et l’absent… et un président chauve. Parmi les projets en gestation et même plus : l’organisation des Ludessonnes bien sûr (octobre 2008), mais aussi des animations, du conseil, la création d’un ludobus, et la mise en place d’une action particulièrement intéressante en direction des auteurs.

 Pour suivre cette aventure, rendez-vous sur le site du CJE

Voir les commentaires